Catégories
Environnement 5G Santé

Les maires écologistes peuvent-ils s’opposer au déploiement de la 5G dans leur commune ?

Par franceinfo – France Télévisions
Mis à jour le 02/07/2020 | 11:13 – publié le 01/07/2020 | 18:42

Plusieurs nouveaux maires écologistes souhaitent s’opposer au déploiement à venir du réseau 5G dans leur commune. Le principe de précaution semble un moyen d’action incertain. En revanche, le non-respect du Plan local d’urbanisme ou l’atteinte aux paysages naturels et urbains peuvent être invoqués par les élus.

#AlertePollution
Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La « vague verte » menace-t-elle le déploiement de la 5G ? Alors que plusieurs grandes villes (Lyon, Bordeaux, Strasbourg ou encore Besançon) vont être dirigées par des nouveaux maires étiquetés Europe Ecologie Les Verts (EELV), leur programme interroge, notamment autour de cette technologie de communication.

La 5G devrait supplanter l’actuelle 4G d’ici à 2023 pour permettre un bond technologique, avec de nouvelles (très hautes) fréquences et davantage d’antennes, en offrant aux utilisateurs des délais de transmission bien plus réduits sur internet : une « ultra connectivité », revendique (PDF) l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). L’ouverture commerciale est attendue pour la fin 2020, une fois que le gouvernement aura donné son aval.

Mais les nouveaux maires écologistes ne sont pas tous enthousiastes à l’idée de voir des antennes-relais pour la 5G dans leur commune. « Je trouve totalement inadmissible qu’on puisse imposer la 5G », s’est emporté sur RTL le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, qui souhaite impulser « un vrai débat » face aux « dangers de la 5G ». « Je pense qu’il faut mettre cette discussion sur la table et que les Bordelaises et les Bordelais n’apprennent pas du jour au lendemain que leur territoire est couvert par la 5G. »Un raisonnement que partage la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot, interrogée par France 3 Bourgogne Franche-Comté.

« Le déploiement de la 5G à Besançon, aujourd’hui, est remis en cause » dans la mesure où « on ne connaît pas encore les risques que l’on pourrait encourir », a déclaré l’écologiste. L’élue compte invoquer le « principe de précaution parce qu’on avance très souvent sur la technologie sans savoir ce qu’on fait », soutient-elle.

Le secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, soutient ces positions, lui qui souhaite également un moratoire sur la question de cette évolution technologique, ainsi qu’il l’a expliqué sur France Inter mercredi 1er juillet. Est-il cependant possible pour les maires, à leur échelle, de s’opposer au déploiement de la 5G dans leur commune ?

Les maires jugés incompétents par le Conseil d’Etat
D’après trois décisions du Conseil d’Etat prises en octobre 2011, cela est impossible. Tout d’abord, l’institution juge que « pour réglementer de façon générale l’implantation des antennes-relais de téléphonie mobile », « seules les autorités de l’Etat désignées par la loi » sont compétentes, à savoir aujourd’hui le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Cédric O, l’Arcep, ainsi que l’Agence nationale des fréquences (ANFR). Cette triade est également jugée responsable des « mesures de protection du public contre les effets des ondes » émises par les antennes-relais.

En 2011, ces décisions étaient rendues à la suite de trois arrêtés municipaux pour réglementer l’implantation d’antennes de téléphonie mobile. Le Conseil d’Etat a ainsi précisé les contours du pouvoir des maires : « Un maire ne saurait donc réglementer par arrêté l’implantation des antennes-relais sur le territoire de sa commune, sur le fondement de son pouvoir de police générale », a jugé l’institution. L’édile peut cependant être « informé, à sa demande, de l’état des installations radioélectriques exploitées sur le territoire de sa commune ».

Le principe de précaution mobilisable ?
Impossible, en théorie, de s’opposer au déploiement des antennes-relais. Mais est-il possible de recourir au « principe de précaution », inscrit dans la Constution à travers la Charte de l’environnement, comme le souhaite la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot ?

Il n’est pas mobilisable pour ce qui concerne les réseaux 3G et 4G car « en l’état des connaissances scientifiques », le Conseil d’Etat a jugé en 2012 que l' »exposition aux champs électromagnétiques émis par les antennes-relais » ne présentait aucun élément circonstancié établissant « un risque » pour le public. Un an plus tôt, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) avait jugé (PDF) qu’il n’existait « aucune preuve expérimentale solide » qui permettait d’établir « un lien de causalité entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes » décrits par les personnes se présentant comme électrohypersensibles. L’Académie nationale de médecine est allée dans le même sens en 2014, expliquant que « nous ne disposons physiologiquement d’aucun système sensoriel sensible à ces ondes ».

Toutefois, pour l’avocat spécialisé en droit de l’environnement David Deharbe, « le principe de précaution reste certainement utilisable. […] La 5G va être un renouvellement […] C’est une technologie dont on n’a pas encore la preuve qu’elle n’est pas dangereuse. » Et dont on n’a pas la preuve, non plus, qu’elle est dangereuse…

Car voilà le problème : il y a « un manque important, voire une absence de données » sur les effets biologiques et sanitaires potentiels de la 5G, souligne l’Anses. En septembre 2017, déjà, plus de 170 scientifiques internationaux ont, dans un appel (PDF), « recommandé un moratoire sur le déploiement de la 5e génération » afin que des scientifiques indépendants puissent étudier les dangers potentiels de la technologie sur la santé et l’environnement.

L’Organisation mondiale de la santé semble moins inquiète, si l’on en croit un texte publié en février dernier sur son site internet (en anglais), qui affirme qu' »à ce jour, et après de nombreuses recherches, aucun effet néfaste sur la santé n’a été mis en lien avec l’exposition aux technologies sans fil ».

Tant que l’exposition générale reste en dessous des recommandations internationales, aucune conséquence pour la santé publique n’est attendue.
L’Organisation mondiale de la santé

Face aux critiques, le gouvernement a réagi fin juin 2020, au sortir de la Convention citoyenne pour le climat, en lançant une mission qui travaillera tout l’été pour évaluer les risques sanitaires et écologiques, révèle Le Parisien. Par ailleurs, les ministres de la Santé et de l’Environnement ont écrit au Premier ministre pour lui demander d’attendre les résultats d’une évaluation de l’Anses (annoncés pour la fin du premier trimestre 2021) avant d’autoriser le déploiement de la 5G, indique le JDD.

De son côté, Me David Deharbe identifie un canal d’action possible pour les maires et les associations anti-5G : l’expertise judiciaire, ordonnée avant un procès ou pendant une procédure. « L’avantage, c’est qu’on aura un débat devant le juge avec des arguments, un temps où l’on [pourra] discuter des différentes études. Mais faut-il encore que tout le monde ait intérêt à le faire », nuance l’avocat.

De maigres moyens de lutte contre la 5G pour les maires
Plusieurs moyens, déjà éprouvés par la 3G et la 4G, sont à la disposition des maires qui souhaitent contrer le déploiement d’antennes-relais. Ils peuvent prendre des arrêtés d’opposition après le dépôt de la déclaration de travaux effectué par les opérateurs, dans un délai d’un mois. « Mais dans ce cas-là, les opérateurs attaquent devant le tribunal administratif s’ils considèrent que le motif invoqué n’est pas valable », tempère David Deharbe. Tel que l’a affirmé le Conseil d’Etat, la seule construction d’antennes-relais ne peut constituer une raison suffisante.

Autre voie de recours possible : s’il existe un Plan local d’urbanisme (PLU) dans la commune, le projet d’antenne-relais se doit de le respecter, notamment en ce qui concerne la hauteur des installations ou la nature de certains espaces comme les zones naturelles ou agricoles. Dans le cas contraire, le maire peut faire appel au juge administratif pour trancher.

Enfin, le Code de l’urbanisme protège les paysages naturels et urbains ainsi que les monuments. Les maires peuvent donc contester l’installation d’antennes à proximité de sites classés. « C’est d’autant plus facile s’il existe des éléments de protection de ce paysage remarquable comme des monuments historiques. Et on peut agir même s’il n’y a pas de PLU », note David Deharbe. Une voie qui a été utilisée dans la commune de Saméon (Nord), où le juge des référés du tribunal administratif de Lille a reconnu qu’un projet d’antenne était « de nature à porter atteinte à son environnement par son volume et sa localisation ».

Catégories
Environnement 5G Santé

Pas d usage clairement identifie qui attirerait le public mais un impératif industriel en passant au dessus des problemes de sante affirme un chercheur

D’après Dominique Boullier, la 5G va aggraver l’inégalité des territoires. « La 5G va surtout servir aux objets connectés », affirme le professeur en sociologie.

« On sait très bien qu’on n’a pas d’usage très clairement identifié qui attirerait le public, mais par contre on a un impératif industriel qui est de renouveler les terminaux et de relancer une course à une supposée innovation », explique jeudi 2 juillet sur franceinfo Dominique Boullier, professeur en sociologie à Sciences-Po Paris et chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée, à propos du déploiement de la 5G en France.

L’innovation « au dessus des problèmes de santé »

Il estime qu’on subit une « tyrannie du retard ». « Cela a toujours été un petit peu le cas de prétendre qu’on ne peut pas faire autrement », souligne-t-il. « A une époque, ça a été fait avec l’amiante. On a vu aussi avec Monsanto ce qui s’est passé. On a un certain nombre de situations comme cela, où on ne sait pas exactement quelles peuvent être les conséquences, s’inquiète Dominique Boullier. Mais on avance, et on avance à marche forcée » en passant « au-dessus des problèmes de santé ».

Il y a toujours de l’urgence, alors qu’on pourrait très bien mettre les choses sur la table et nous dire pourquoi on a vraiment besoin de cette technologie-là, à quoi elle doit servirDominique Boullier, professeur de sociologieà franceinfo

« Quand on vous dit que ça doit servir, par exemple à la téléchirurgie, c’est un argument imparable. Mais ça, c’est du pipeau », assure Dominique Boullier. Selon lui, « la seule application qu’on pourra défendre, et qui est déjà quasiment opérationnelle, c’est permettre des jeux vidéo multijoueurs en ligne, du type Pokémon Go. Mais on ne va quand même pas prétendre qu’on va déployer une infrastructure pour ce genre de choses ».

Une porte d’entrée pour les pirates informatiques

D’après Dominique Boullier, la 5G va aggraver l’inégalité des territoires. « L’avantage de la 5G, c’est avant tout la diminution du temps de latence, donc pour des applications qui vont être très réactives et qui donc ne fonctionneront que dans certains domaines, là où il y a une clientèle importante, prédit le chercheur au Centre d’études européennes et de politique comparée

Cela ne résout pas du tout le problème, par exemple de la 4G et du fait qu’il y a énormément de gens qui n’y ont pas accès ou de la fibre optique.Dominique Boullierà franceinfo

« La 5G va surtout servir aux objets connectés » , ajoute Dominique Bouillier, et constitue selon lui « une porte d’entrée extraordinaire pour ce qu’on appelle les data breach (violation de données), les attaques, les hacks ».

« Il y a besoin de faire un cahier des charges très important, un cahier des charges environnemental, un cahier des charges sur les territoires, un cahier des charges sur les questions de sécurité », conclut le chercheur, pour qui « c’est forcément une décision européenne qu’il va falloir prendre ».

Catégories
Environnement 5G Santé

Amazon obtient le feu vert au lancement de plus de 3 000 satellites en orbite pour fournir internet a haut débit


Une constellation
Ce projet de Jeff Bezos, patron du groupe et homme le plus riche au monde, doit permettre d’amener de la connectivité aux zones actuellement non couvertes.
Amazon a obtenu l’approbation des autorités américaines pour déployer une constellation de 3 236 satellites en orbite basse, afin de fournir de l’internet à haut débit partout dans le monde. Le géant du commerce en ligne va investir 10 milliards de dollars dans ce projet baptisé Project Kuiper, a-t-il annoncé, jeudi 30 juillet, lors de la publication de très bons résultats trimestriels.

Le projet visera d’abord les zones blanches des Etats-Unis, puis dans le monde entier, et pourrait alimenter des réseaux sans-fils et 5G. Le projet ciblera en priorité les foyers, ainsi que les écoles, hôpitaux, entreprises et d’autres organisations, et pourra rétablir les télécommunications en cas de catastrophe naturelle. Plusieurs entreprises se sont déjà positionnés sur le créneau de l’internet depuis l’espace.

« Créer des emplois » et « combler le fossé »

« Nous avons entendu tellement d’histoires récemment sur les personnes qui ne peuvent pas travailler ou étudier parce qu’ils n’ont pas d’internet fiable à la maison », a déclaré Dave Limp, vice-président d’Amazon. « Kuiper va changer cette situation. Nos 10 milliards d’investissements vont créer des emplois et les infrastructures américaines vont nous aider à combler le fossé », a-t-il estimé.

Ces annonces interviennent alors que le mastodonte SpaceX du milliardaire américain Elon Musk a déjà déployé la constellation Starlink, qui compte quelque 300 satellites en orbite et ambitionne d’en lancer jusqu’à 42 000. En Europe, le gouvernement britannique, associé au conglomérat indien Bharti, a été choisi comme repreneur de l’opérateur de satellites en faillite Oneweb, qui porte un projet similaire.
franceinfo avec AFP
France Télévisions
Mis à jour le 31/07/2020 | 22:19
publié le 31/07/2020 | 22:19

Les entrepôts Amazon de Bretigny-sur-Orge (Essonne), le 13 mai 2020. (THOMAS SAMSON / AFP).

https://www.francetvinfo.fr/sciences/espace/amazon-obtient-le-feu-vert-au-lancement-de-plus-de-3-000-satellites-en-orbite-pour-fournir-internet-a-haut-debit_4062907.html?fbclid=IwAR3G5OKe_wmGuCGv3OenDPwejx4OGm4iOcl5G4Iw3DTW6y-akt2dMXRoTHU#xtor=CS2-765

Catégories
Environnement 5G Santé Revue de presse

ACTION UFC-QUE CHOISIR Déploiement de la 5G Ne pas confondre vitesse et précipitation !

https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-deploiement-de-la-5g-ne-pas-confondre-vitesse-et-precipitation-n81083/

Alors que les principales fréquences 5G vont, en dépit des légitimes préoccupations exprimées au sein de la population, être attribuées en septembre, l’UFC-Que Choisir appelle le nouveau Premier Ministre à attendre les résultats de l’enquête en cours de l’ANSES sur les éventuels risques sanitaires de la 5G avant, le cas échéant, d’autoriser sa commercialisation. Par ailleurs, l’association demande que toute la transparence soit faite sur les déterminants de la surconsommation de données mobiles au regard de son impact environnemental, ainsi que d’agir pour éviter les mystifications marketing des opérateurs.

 

5G ET RISQUES SANITAIRES : UNE NÉCESSAIRE ATTENTE DES RÉSULTATS DE L’ANALYSE DE L’ANSES

Le déploiement de la 5G suscite une inquiétude grandissante sur les risques sanitaires associés à son exploitation, relayée par la Convention Citoyenne pour le climat. Si cette inquiétude peut parfois découler pour partie d’une préoccupation globale sur l’exposition aux ondes électromagnétiques, elle est surtout en lien avec l’exploitation spécifique de la bande de fréquences 3,5 GHz, dont les effets sur le vivant n’ont pas encore donné lieu à l’élaboration d’une littérature scientifique permettant d’éclairer utilement le débat public. Alors que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) doit publier au cours du premier trimestre 2021 son expertise permettant d’indiquer s’il existe ou non un risque sanitaire avéré lié à la 5G, il serait inacceptable que son exploitation commerciale puisse débuter avant.

Donner du temps au temps serait d’autant plus justifié que de nombreux autres arguments mettent en évidence l’absence d’urgence à ce que la 5G soit déployée et commercialisée. Tout d’abord, car l’évolution des infrastructures permettant à la 5G de réellement se démarquer de la 4G grâce à un temps de latence fortement réduit n’est pas attendue avant 2023. Ensuite, car les « nouveaux services » qui seront permis par cette « vraie » 5G ne suscitent pas l’enthousiasme populaire, ce qui n’est guère étonnant : pouvoir jouer à un jeu en réalité virtuelle en ligne, par exemple, est-il en effet plus proche de l’utile que du futile ? Enfin, car la congestion des réseaux 4G n’est pas à craindre avant 2022, de l’aveu même des opérateurs.

5G ET RISQUES ENVIRONNEMENTAUX : UNE AUGMENTATION DE LA CONSOMMATION DE DONNÉES À RÉGULER

La perspective de l’arrivée de la 5G met également plus que jamais en lumière la question de l’effet environnemental de la consommation de données mobiles, déjà multipliée par près de 8 entre 2015 et 20191 ! Cette consommation de données induisant une forte consommation électrique, il convient de trouver des solutions concrètes permettant d’enrayer cette croissance jusqu’à présent non maîtrisée. Si les consommateurs doivent être sensibilisés quant à leur responsabilité, les marges de manœuvre en lien avec les pratiques des professionnels ne manquent pas.

Par exemple, des travaux2 ont pu permettre d’identifier que sur certains sites internet, la présence de publicités participait pour 50 % à la consommation de données mobiles. Concernant spécifiquement la situation sur les sites et application de streaming vidéo, ces publicités, ainsi que les contenus vidéo qu’elles précèdent ou entrecoupent, atteignent des définitions toujours plus élevées qui alourdissent la consommation de données sans amélioration, ou si peu, de la qualité perçue par les consommateurs.

Alors qu’actuellement le chemin vers une commercialisation de la 5G reste tracé, les risques de dérives marketing des opérateurs doivent dès à présent être empêchés par les pouvoirs publics. En effet, le terme générique « 5G » masque en réalité de fortes disparités, puisque les débits théoriques maximaux pourraient s’échelonner de 30 Mbit/s à 1 Gbit/s, selon la fréquence utilisée. Evidemment, le risque est que les opérateurs « survendent » la 5G pour pousser les consommateurs à souscrire de chers abonnements.

Alors que l’Autorité de régulation des télécoms (ARCEP) n’a pas jugé utile de participer activement à la prévention de ces dérives marketing3, la DGCCRF doit désormais prendre la main en encadrant strictement la communication commerciale des opérateurs. Par exemple, elle pourrait tout bonnement interdire qu’un opérateur puisse promouvoir dans des campagnes marketing locales une 5G aux débits mirifiques dans des zones où elle sera uniquement fournie via une fréquence ne permettant que des débits au mieux au niveau de la 4G !

Compte tenu des constats et inquiétudes liés au déploiement et à la commercialisation de la 5G – sujet impliquant plusieurs ministères, pouvant défendre des points de vue contradictoires – l’UFC-Que Choisir demande :

1) Au Premier Ministre, de ne pas permettre la commercialisation d’offres 5G tant que les résultats de l’étude de l’ANSES sur les effets sanitaires liés à l’exposition aux champs électromagnétique de sa bande de fréquences 3,5 GHz ne seront pas connus ;

2) A l’ARCEP, d’axer ses travaux, dans le cadre de sa plateforme « pour un numérique soutenable »4, sur le gaspillage de données mobiles causé par les professionnels (publicité imposée aux consommateurs, inutile surenchère technologique en termes de qualité d’affichage…) ;

3) A la DGCCRF, d’anticiper une éventuelle commercialisation de la 5G en érigeant une réglementation préservant les consommateurs de dérives marketing par les opérateurs.

NOTES

 

Catégories
actions

Le Collectif Antenne Lokorn fait des crêpes!

NOUS COMPTONS SUR VOUS JEUDI SOIR !!

Dans le cadre des marchés nocturnes, le collectif fait des crêpes le 30 juillet.

C’est une bonne occasion de se faire connaître et d’informer une fois de plus sur les raisons pour lesquelles on s’oppose au projet de l’antenne 5G à Locronan.

Sur le stand de crêpes, les autocollants sont disponibles à la vente pour soutenir les actions du collectif ! Avez vous le vôtre ?

Non aux hamburgers, oui aux crêpes au beurre !!

Un petit geste pour une grande cause !

A bientôt sur les marchés nocturnes 😉

 

 

 



		
Catégories
Environnement 5G Santé

L’arc-en-ciel invisible, l’histoire de l’électricité et de la vie – Arthur Firstenberg 2017,

Résumé informatif par Sosthène Berger, Dipl-Ing Concernant l’auteur Arthur Firstenberg est un scientifique et journaliste à l’avant-garde de la démolition du tabou concernant l’innocuité des champs électromagnétiques sur le Vivant. Il est diplômé en mathématique de l’Université de Cornell et a fréquenté l’Université de Californie, Irvine School of Medicine, de 1978 à 1982, études qu’il a dû interrompre à cause de séquelles subséquentes à une dose excessive de rayons-X.Depuis, il s’est consacré à la recherche, à la consultation, comme auteur et comme orateur dans le domaine des effets environnementaux des radiations électromagnétiques. Concernant l’ouvrage Ce livre remarquablement documenté et bien référencé est une pierre angulaire dans le sens qu’il retrace le déploiement de l’électricité dans notre civilisation, sous le jour de son interaction avec le matériel Vivant, depuis les tout débuts de sa découverte dans les années 1750, jusqu’à nos jours comprenant même des projections dans le futur. À noter que le titre se réfère à l’ensemble du spectre électromagnétique comprenant les couleurs de l’arc-en-ciel, mais également toutes les fréquences invisibles, comme le sont les radiofréquences ou les champs générés autour des fils conducteurs. Depuis le commencement –Capturée dans une bouteille En 1746, les premières découvertes liées à l’électricité virent le jour en Europe. L’expérience de Leyde consistait à mettre en évidence le fluide électrique grâce au frottement de la main sur un globe de verre mis en rotation rapide. L’électricité statique produite faisait grande impression dans les écoles, les foires et chez les privés qui avaientles moyens financiers d’acquérir ce dispositif, en produisant qui des arcs électriques, qui des électrocutions passagères. Le phénomène de mode était tel qu’il était mal vu de penser que cette électricité pouvait être dangereuse, même que les électrocutions produisait céphalées, saignements de nez, fatigues chez certains expérimentateurs ainsique chez les animaux utilisés dans les tests. La société était prise d’électromania et les plus fervents à se faire électrocuter en bonne compagnie, entre deux coupes de champagne commencèrent à percevoir des symptômes néfastes. Malgré tout, les établissements médicaux s’équipèrent de la fiole de Leyde (ancêtre du condensateur) à des fins d’expérimentations médicales pour les avortements ou d’autres applications. Ainsi naquit un tout nouveau domaine de connaissances concernant les effets biologiques de l’électricité sur les gens, les plantes, les animaux, connaissances qui étaient alors bien plus vastes que celles de nos médecins contemporains qui voient au quotidien des patients atteints des effets de l’électricité sans même les reconnaître et qui pour la plupart ignorent jusqu’à l’existence de ces connaissances.The Invisible Rainbow – Résumé informatif Le sourd entend et le boiteux marche Notant les effets –rarement positifs– plus souvent négatifs de l’application de tensions électriques aux organismes vivants, les chercheurs et médecins en ont conclu que les organismes vivants fonctionnent en conjonction avec l’électricité. Certaines guérisons ont été obtenues en utilisant l’électricité, comme par exemple en 1851, le neurologiste Duchenne qui traita la surdité de quelques dizaines de patients au moyen d’impulsions électriques appliquées localement. D’autres mises en évidence de la stimulation des systèmes nerveux, cardiaque, cardiovasculaire, gustatif, sudatoire et autres, par l’électricité produite dans des couples galvaniques furent expérimentées, notamment par Volta en Italie, parmi d’autres chercheurs en occident. Il fut constaté que le nombre des effets curatifs était nettement moindre que les effets délétères dont on peut lire la liste et qui comprennent les symptômes de l’électro-sensibilité (ES ) connus aujourd’hui, comme céphalées, vertiges, nausées, confusion mentale, fatigue, dépression, insomnie, etc.Sensibilité électrique Le botaniste français Thomas-François Dalibard –qui a mené des expériences électriques sur le Vivant– confie à Benjamin Franklin dans une lettre datée de 1762 qu’il ne peut plus aller de l’avant pour cause d’intolérance électrique de son organisme. C’est un des premiers électro-hypersensibles (EHS) déclaré formellement. A en lire le contenu,ce botaniste devait être fortement affecté. D’autres professeurs et chercheurs font la même et triste expérience et doivent cesser leurs travaux. Même le si renommé Benjamin Franklin fut atteint d’une maladie neurologique chronique durant ses recherches sur l’électricité, dès 1753, et les symptômes font largement penser à de l’électro-hypersensibilité. Tant et si bien qu’à la fin du 18ème siècle, il fut de renommée populaire que l’électricité pouvait rendre malade, selon le sexe, la morphologie et la condition physique des individus. De même, on avait observé que certains individus réagissaient fortement aux changements de météo, souvent corrélés à des modifications électriques de l’atmosphère. Certains de ces sujets sont connus jusqu’à nos jours,comme Christophe Colomb, Dante, Charles Darwin, Benjamin Franklin, Goethe, Victor Hugo, Leonardo DaVinci, Martin Luther, Michel-Ange, Mozart, Napoléon, Rousseau, et Voltaire.La route délaissée Durant les années 1790, la science se trouva face à une crise d’identité quant àl’interprétation et l’unification des quatre différents fluides que sont l’électricité, lalumière, le magnétisme et la chaleur. Pour ce qui est de l’électricité, on avait d’un côté la perception selon Luigi Galvani qui considérait que l’électricité faisait partie intégrante duVivant et de l’autre Volta qui pensait que l’électricité n’était qu’un effet « secondaire »des réactions chimiques internes au vivant. Volta, inventeur de la pile électrique fort utileet pouvant potentiellement être la source de retombées pécuniaires, eut gain de cause contre la vision plus globale de l’interaction entre électricité et vivant.Maladie électrique chronique Dès la fin du 19ème siècle, le paysage des villes fut métamorphosé par l’installation de lignes de télégraphe partout dans les pays industrialisés. Cette technologie utilisait des tensions de l’ordre de 80 volts sur un seul conducteur, le retour du signal se faisant par la

3The Invisible Rainbow – Résumé informatif Terre. Alors naissent les premiers courants vagabonds auxquels le Vivant fut exposé. On vit alors apparaître des maladies de civilisation telle que la neurasthénie dont furen taffectés Frank Lloyd Wright et Theodore Roosevelt parmi d’autre personnalités. Notons au passage que la neurasthénie s’apparente de très près à l’électro-hypersensibilité, terme plus moderne pour désigner la même sensibilité à l’électricité. Les télégraphistes employés à manipuler le courant électrique envoyé dans les lignes, donc exposés à des champs électromagnétiques importants furent frappés du mal télégraphique pour la moitié d’entre-eux environ. Encore une fois, les symptômes étaient les mêmes que ceux de l’EHS. Plus tard, vers 1915, ce furent les téléphonistes qui seront confrontés aux même symptômes, car exposés durant de longues heures aux champs électromagnétiques des communications, devant leur pupitre. En 1989, il fut noté qu’aWinnipeg, 47% des opérateurs téléphoniques étaient atteints des mêmes symptômes.Toutefois, en 1894, un célèbre psychiatre viennois écrivit un article dont l’influence fut grandement néfaste à tous les malheureux qui souffraient du mal télégraphique, de neurasthénie, du syndrome des micro-ondes ou d’EHS. Au lieu de voir la cause extérieure de la pollution électromagnétique, il attribue ces symptômes à des pensées désordonnées ou à des émotions mal contrôlées. Ainsi, on médicalise des millions de citoyens affectés par le smog électronique au lieu de réduire leur exposition à ce polluant. Sigmund Freud renomma la neurasthénie –dont on connaissait bien l’origine électrique– en névrose d’angoisse ou attaque d’anxiété ou encore attaque de panique. Ainsi, le déploiement sans précaution de l’électrification put continuer sans entrave.A noter qu’en Russie, la neurasthénie est listée comme maladie environnementale car la redéfinition abusive de Freud fut refusée.Le comportement des plantes Sir Jagadis Chunder Bose ainsi que d’autres chercheurs menèrent de nombreuses expérimentations électriques sur les plantes et d’autres organismes vivants, avec des résultat démontrant de nets effets. Il découvrit que les nerfs végétaux ou animaux ont des comportements variables et que la résistivité de ceux-ci peut fortement varier en fonction du courant appliqué et de sa polarité. Aussi, il nota que l’intensité de courant nécessaire à modifier la conductivité des nerfs, respectivement la tension appliquées est infinitésimale, de l’ordre de 0.3 microampères (0.3*10-6). Il se trouve que ce courant est nettement inférieur au courant induit par une conversation téléphonique au moyen d’un cellulaire. Bose découvrit également que le seuil de bio-activité d’un courant est de un femtoampère (1*10-15) ! Comme ce chercheur étaient également versé dans les transmissions par radiofréquences, il essaya de soumettre une plante à un signal radio de30 MHz à 200 mètres de distance et constata que la plante retarda sa croissance durant le temps de l’émission. De même il démontra que la circulation de la sève dans la plante était ralentie lorsque celle-ci était irradiée par le même signal radio.Maladie électrique aiguë Dans les années 1880, Londres fut alimentée en courant continu, mais certains physiciens avaient découvert que la distribution du courant alternatif générait moins de pertes ohmiques dans les fils. Il s’en suivit une bataille des courants malgré que de nombreux scientifiques dénonçaient les effets plus dangereux du courant alternatif, dont Edison. D’ailleurs, ironiquement, c’est bel et bien du courant alternatif qui est utilisé dans la chaise électrique, justement parce qu’il est plus nocif. Tout le monde sait que le courant électrique de secteur est… alternatif !

4The Invisible Rainbow – Résumé informatif En 1889, l’électrification à grand échelle débuta aux États-Unis et peu après en Europe. Cette même année, comme par hasard, les médecins furent pris d’assaut par des malades de la grippe qui jusque là n’apparaissait que rarement. Les symptômes des victimes étaient bien plus neurologiques, du style neurasthénie, à l’exclusion de troubles respiratoires. Cette pandémie dura quatre ans et fit au moins un million de morts.En 2001, l’astronome canadien Ken Tapping démontra que les trois derniers siècles de pandémies grippales étaient corrélés à des pics d’activité solaire magnétique, sur un cycle de onze ans. Il a également été constaté que certaines épidémies de grippe se répandent sur des contrées énormes en juste quelques jours, fait difficilement explicables par la contagion de proche en proche. De même, de nombreuses expériences liées à la contagion de proche en proche par contact, par projections de mucus ou autres procédés se révélèrent infructueuses. Depuis 1933 à nos jours, les virologues ne peuvent présenter aucune étude expérimentale démontrant que la grippe se propage par contact normal entre personnes.Toutes les tentatives ont échoué.Le mystère de l’île de Wight En 1904, les abeilles commencèrent à mourir sur l’île de Wight, suite à l’installation d’émetteurs d’ondes radio par Marconi. Ces émetteurs travaillent sur des fréquences proches du mégahertz. De l’autre côté de la Manche, Jacques-Arsène d’Arsonval démontra que les signaux électromagnétiques « pointus et crochus » sont beaucoup plus toxiques que les signaux sinusoïdaux. En fait, Marconi, après un an et demi d’expérimentation avec des émetteurs radio, en pleine santé à 22 ans, a commencé à développer des fièvres. Ces accès ne disparurent pas jusqu’à la fin de sa vie. En 1904, alors qu’il était occupé à réaliser un émetteur puissant pour des communications transatlantiques, ces fièvres étaient si intenses qu’on a pensé à la malaria. En 1905, il se maria à Beatrice O’Brien et après leur lune de miel,ils s’installèrent sur l’île, à proximité d’un émetteur. Aussitôt que Béatrice fut installée,elle nota des acouphènes. Après trois mois, elle tomba malade d’une mauvaise jaunisse.Elle dut rentrer à Londres pour donner naissance à un bébé qui ne vécut que quelques semaines et mourut de « causes inconnues ». Dans le même laps de temps, Marconi passa plusieurs mois dans la fièvre et le délire. Entre 1918 et 1921, il souffrit de dépression suicidaire, alors qu’il travaillait sur un émetteur à ondes courtes. En 1927,alors qu’il était en voyage de noce de son deuxième mariage, il s’effondra de douleurs thoraciques et fut diagnostiqué de graves troubles cardiaques. Entre 1934 et 1937 alors qu’il développait la technologie micro-ondes, il subit neuf crises cardiaques, la dernière le tua à l’age de 63 ans.Sur la même île, à Osborn House, la reine Victoria fut atteinte d’hémorragies cérébrales et mourut le soir du 22 janvier 1901, juste au moment ou Marconi mit en marche un nouvel émetteur à moins de vingt kilomètres de là. En 1901 il n’y avait « que » deux émetteurs alors qu’en 1904, il y en avait quatre,faisant de ce cette île l’endroit le plus irradié de la planète, ne laissant plus aucune place aux abeilles pour survivre. En 1906, une enquête fut menée pour constater que 90% des abeilles avaient bel et bien disparu sans raison apparente… De nouvelles colonies furent apportés sur l’île mais celle-ci succombèrent également en une semaine.Cette épidémie se propagea à travers l’Angleterre puis à travers le monde occidental

5The Invisible Rainbow – Résumé informatif pour se stabiliser peu à peu, jusqu’à ce que les armées s’équipent de divers émetteurs radio de haute puissance, vers la fin du premier conflit mondial, en 1918, provoquant comme on l’a vu ci-dessus, la pandémie de grippe espagnole qui en réalité débuta aux États-Unis, dans la Naval Radio School de Cambridge, Massachusetts avec 400 cas. Cette épidémie se propagea rapidement à 1’127 militaires au Camp Funston (Kansas), où onavait introduit les connexions sans fil. Ce qui intrigua les médecins fut que 15% de la population civile était affectée de saignements de nez alors que 40% de la Navy en souffraient. D’autres saignements apparurent également et un tiers des morts l’étaient par hémorragie interne des poumons ou du cerveau. En fait, c’est la composition du sang qui était modifiée, mesurée par le temps de coagulation plus que doublé. Ces indications jurent avec les effets des virus respiratoires de la grippe, mais sont totalement cohérents avec les effets néfastes de l’électricité. Une autre incohérence était que les victimes étaient pour deux tiers des jeunes en bonne santé. Encore un symptôme atypique de la grippe, le pouls descendait à des valeurs de 36 à 48, alors que ce genre de situation sont courantes lorsqu’on est exposés aux champs électromagnétiques. Aussi, certains purent être soignés par des administrations massives de calcium.Le Dr. Militaire George A. Soper, témoigna que le virus se propageait plus vite que la vitesse de déplacement des personnes. Différentes expériences furent menées pour contaminer des sujets de proche en proche, par contact direct, ou inoculation de mucus ou de sang, sans pouvoir démontrer la contamination.On observe que chaque nouvelle pandémie de grippe correspond à une nouvelle avancée technologie électrique, comme la grippe asiatique de 1957-58 subséquente à l’installation d’un puissant système de surveillance par radars, la grippe de Hong-Kong dès juillet 1968, subséquente à la mise en service de 28 satellites militaires de surveillance spatiale à la hauteur des ceintures de Van Allen nous protégeant des rayonnements cosmique.L’enveloppe électrique de la Terre La Terre en rotation avec son centre constitué en majorité de fer, protégée par, en premier lieu la ionosphère, puis la plasma-sphère –délimitée par les ceintures de radiation de Van Allen entre 1’000 et 55’000 km d’altitude–, et sa traîne qu’est la magnétosphère, exposée aux vents solaires en provenance de notre astre du jour,constitue une sorte de dynamo, un système électrique complexe. Les échanges électriques entre la croûte terrestre et l’atmosphère, voire la ionosphère sont permanents et constants. Ils sont en équilibre précaire et une sorte de « respiration » électrique, de tout le système a permis à la vie de se développer sur notre planète chargée de ions négatif, par opposition à la ionosphère chargée positivement. On note un champ électrique vertical moyen de l’ordre de 130 volts par mètres, avec des valeurs pouvant s’élever à 4’000 volts par mètre dans les orages par exemple. En 1953, on a aussi découvert un des paramètres primordiaux de cette oscillation électrique de notre environnement, avec les fréquences de Schumann (Winfried) respirant à 7.83 hertz, avec des harmoniques à 14, 20, 26, 32 Hz, appelées Very Low Frequencies, très basse fréquences. Pas étonnant que les organismes vivant dans cet environnement se soient imprégnés de ces valeurs physiques et que par exemple nos rythmes cérébraux se situent dans ces plages de fréquences, comme le rythme alpha entre 8 et 13 Hz. Si nous percevons les fréquences visible –du bleu au rouge–, du spectre électromagnétique, certains animaux sont en mesure de voir d’autres fréquences électromagnétiques, comme les abeilles.

6The Invisible Rainbow – Résumé informatif

Les abeilles.voient les ultra-violets ou ces salamandres ou poissons-chat qui peuvent voir les basses fréquences électriques, alors que les serpents voient les infra-rouges. Des expériences en laboratoire sur les hamsters, par exemple, démontrèrent que la réduction de la température et de la durée du jour ne suffisait pas à les mettre en hibernation. De même, des hamsters élevés en cage de Faraday refusaient d’hiberner même que les paramètres de lumière et de température étaient hivernaux, jusqu’au moment où la protection de Faraday fut supprimée. D’autres expériences furent menées,par exemple en 1967, à l’institut Max Plank, par le physiologiste Rütger Wever, en utilisant deux chambres enterrées, sans fenêtre ni contact extérieur, l’une blindée électromagnétiquement, l’autre non. Il fut démontré que dans la chambre blindée, les rythmes circadiens des sujets volontaires se désynchronisaient et pouvaient varier entre 12 et 65 heures, avec des troubles métabolique, alors que les sujets de la chambre immergée dans les champs terrestres gardaient un rythme cohérent proche de 24 heures et que leur métabolisme continuait de fonctionner plus normalement. On a démontré scientifiquement que le Vivant a besoin d’être baigné dans le système électromagnétique de notre environnement naturel pour bien fonctionner. D’ailleurs, l’acupuncture, médecine traditionnelle millénaire chinoise utilise nos propriétés électriques en modifiant les connexions des méridiens. Il fut démontré récemment, dès les années 1950, que ces méridiens correspondent bel et bien à des circuits électriques et que le Qi chinois correspond à la notion d’électricité. Ces méridien sont double fonctions, d’une part ils transportent les informations et l’énergie interne à l’organisme d’un organe à l’autre, mais encore, ils servent d’antennes pour capter les flux électromagnétiques environnementaux.Au début des années 1970, les physiciens atmosphériques découvrirent que le champ magnétique terrestre était passablement dérangé par l’activité électrique humaine. En effet, en injectant un signal dans l’espace et en captant son écho, on s’aperçut que le signal initial avait été modifié par des multiples des 60 Hz du réseau électrique utilisé en Amérique du Nord.Ceci n’empêcha pas de lancer le projet HAARP pour délibérément modifier les propriétés électromagnétiques de notre planète.De même, les ceinture de Van Allen nous protégeant des rayons cosmiques, ont été déjà altérées par notre activité électrique et il se pourrait qu’initialement, ces ceintures double n’aient été qu’une ceinture simple qui, face à l’émission de charges électriques humaines dans l’espace se soient détériorées en son milieu.Des observations satellites montrent que les rayonnements produits par les lignes de haute tensions occultent souvent les rayonnements naturels des éclairs.Dans ce contexte, il est logique de penser que les pandémies de grippes connues ces dernière décennies soient liées à l’activité électrique humaine.Porphyrines et la base de la Vie Dans toute transformation d’énergie dans le domaine biologique, les porphyrines[pigments formés de quatre molécules de pyrrole] sont impliquées. Si nos nerfs peuvent fournir leur office, c’est grâce entre autre aux porphyrines qui sont impliquées dans le fonctionnement de nos cellules. Ce sont des molécules spéciales qui sont l’interface entre l’oxygène et la vie. Ces molécules sont hautement réactives et elles interagissent avec les métaux toxiques ou les éléments synthétiques issus du pétrole, les champs électromagnétiques, qui s’ils sont en excès provoquent la porphyra, plus une sensibilité

7The Invisible Rainbow – Résumé informatif environnementale

qu’une maladie.Les recherches du Dr William E. Morton démontrèrent que les personnes atteintes de sensibilité chimique multiples (MCS) sont également à 90% déficientes en l’une ou l’autre formes d’enzymes porphyriques, de même que pour les personnes électro-hypersensible,ce qui signifie que les deux formes de sensibilités ne sont que des manifestationsdifférentes d’une même cause. La porphyrie découverte en 1891 affecte environ 10% dela population moderne et son apparition est concomitante avec l’électrification généralede l’Occident dès 1889.Les porphyrines sont centrales dans le smog électronique non pas seulement à causede l’EHS, la MCS ou la porphyrie, mais également en ce qui concerne les maladiescardiovasculaires, le cancer, le diabète, du fait qu’elles sont impliquées dans unemultitude de processus énergétiques biologiques.Le biologiste Allan Frey ainsi que Wlodzimierz Sedlak démontrèrent dans les années1960 que nos organismes ont bien une composante bio-électronique et que certaines denos cellules se comportent tantôt comme des conducteurs, ou des capacitances, ou dessemi-conducteurs (transistors) comme les composant que nous trouvons dans nosappareillages électroniques. Ainsi, il en va de la myéline –gaine de nos nerfs–, quicontient de la porphyrine intriquée avec du zinc. Si des poisons environnementauxcomme les produits chimiques ou métaux toxiques affectent cet équilibre, la gaine estaltérée, ce qui change l’excitabilité des nerfs qu’elle entoure. Le système nerveux entierdevient alors hyper-réactif au stimulus de toutes natures, comme les champsélectromagnétiques. Le système entre dans un état d’instabilité divergente, l’effetdevenant la cause.Contrairement à la conception que les mitochondries sont les éléments de nos cellulesproduisant l’énergie, l’idée que la gaine de myéline est une mitochondrie géante voit lejour.La connexion entre porphyrie et zinc a été découverte dans les années 1950 parHenry Peters à la Medical Schoold du Wisconsin. Les patients souffrant de porphyrie et desymptômes neurologiques excrétaient beaucoup de zinc dans les urine, ainsi il lui vint àl’idée qu’une chélation du zinc pourrait améliorer leur état. Il constata une amélioration,malgré l’idée répandue qu’une carence en zinc est liée aux troubles cités. De même,certaines expériences montrent que la chélation du zinc améliore la condition d’Alzheimer.Une équipe médicale australienne démontra par autopsie que les cerveaux de sujetsatteints d’Alzheimer contenaient deux fois plus de zinc que ceux de patient sains….Au présent – 2ème partieCœur irritableEn 1980, les arrêts cardiaques chez les jeunes athlètes étaient rares, seulement neufcas sur l’année. Á partir de cette date, les cas augmentèrent constamment de 10% parannée jusqu’en 1996 ou soudainement ce taux doubla pour atteindre 64 cas puis, 66l’année suivante et 76 la dernière année de l’étude. La communauté médicale américainen’avait pas d’explication, tandis qu’en Europe, en 2002, un appel des médecinsenvironnementaux allemands demandait un moratoire sur les antennes-relais car leursondes provoquaient des troubles cardiovasculaires. C’était l’Appel de Freibourg.Le Dr Samuel Milham, épidémiologiste du département de la santé américain,8The Invisible Rainbow – Résumé informatifdémontra dans ses travaux que les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancersont largement, si pas entièrement provoqués par l’électricité.Paradoxalement, les études sur le cholestérol datant du début du vingtième siècle nedémontraient pas un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires corrélées au taux decholestérol, contrairement à ce qui est communément admis de nos jours. Une étude surles animaux du zoo de Philadelphie montre que de 1916 à 1964, le taux de cholestérolchez les mammifères et les oiseaux augmenta d’un facteur 10 à 20, alors que leurrégime alimentaire était resté strictement le même ! Le paramètre qui avaitdrastiquement changé était bien l’augmentation des radiofréquences.Durant la seconde guerre mondiale, un certain nombre de soldats se plaignit desymptômes similaires à la neurasthénie. D’abord, on pensa selon la doctrine de Freud,qu’ils étaient affectés de trouble anxieux, puis, une étude sur 144 cas fut menée par leDr Mandel Cohen. Cette étude révéla qu’effectivement, ces soldats étaientphysiologiquement moins résistants, avec un cœur irritable. Ils souffraient d’une difficultéd’assimilation de l’oxygène et devaient respirer deux fois plus que leurs collègues enmeilleure santé pour capter suffisamment d’oxygène. Il s’avéra que leurs mitochondriesétaient inefficientes. Au bout du compte, il fut démontré que ces soldats étaienthypersensibles au sens général, mais en particulier à l’électricité.En Union Soviétique, dès les années 1950, il fut aussi observé que lesradiofréquences modifiaient les électrocardiogrammes des personnes exposées, par lamodification de l’efficacité des mitochondries.Les diagrammes des statistiques du nombre de morts par maladies cardiaques enfonction du degré d’électrification des états américains en 1931 et 1940 sont en outreégalement très explicites, ne laissant aucun doute quant à la toxicité des champsélectromagnétiques sur la cœur, innocentant le cholestérol et l’alimentation jugée tropriche en graisses.La transformation du diabèteThomas Edison, impliqué dans les découvertes liées à la technologie électrique etdonc baignait dans les champs électromagnétiques plus que le reste de ses concitoyensde l’époque fut diagnostiqué d’une maladie fort rare en 1882, le diabète. Un autrechercheur, Grahm Bell, actif dans le domaine de la télégraphie et inventeur du téléphone,était connu pour ses plaintes incessantes concernant ses symptômes de neurasthénie,appelés aujourd’hui EHS. En 1915, il fut diagnostiqué de diabète également.En 1876, l’ouvrage Maladie des temps modernes par Ward Richardson décrit lediabète comme une maladie moderne rare, causée par l’épuisement aux travauxmentaux ou par choc du système nerveux.Naturellement, l’apport excessif en sucre toxique et addictif dans notre alimentationmoderne a la part belle pour expliquer qu’aujourd’hui, le diabète, incluant le pré-diabète,touche plus de la moitié des américains. Mais l’explication est simpliste.Even Joslin a montré qu’entre 1900 et 1917, l’apport en sucre avait augmenté de17% alors que la mortalité par diabète avait doublé. Plus tard, en 1987, une étude surles Amérindiens fut menée, démontrant des proportions radicalement différentes de mortpar diabète selon les territoires, variant de 7 pour mille dans le nord-ouest à 380 pourmille en Arizona ! Durant ces années, ni le mode de vie ni le régime alimentaire nepouvaient justifier un pareil écart. Par contre un facteur environnemental peut expliquerune telle différence. En effet, l’électrification des réserves d’indiens fut inégalement9The Invisible Rainbow – Résumé informatifmenée et celles du nord-ouest n’ont été électrifiées que bien plus tardivement. Parcontre, la réserve de l’Arizona est située aux abords immédiat de Phoenix. Par ailleurscette communauté indienne avait sa propre installation électrique et son entreprise detélécommunication.Un autre exemple étant la population brésilienne, gros producteur de sucre depuisdes siècles qui ne connaissait pas le diabète en 1870 alors qu’il apparaissait déjà commemaladie de civilisation en Amérique du Nord. Aujourd’hui encore, les Brésiliensconsomment 70 kg de sucre raffiné par an et par personnes, plus que les NordAméricains, et malgré cela, ils ont passé deux fois et demi moins de cas de diabètequ’aux USA.Au Bhoutan, le diabète était pratiquement inexistant jusqu’en 2002, après quel’électrification du pays ait commencé. En 2004, 634 nouveaux cas de diabète furentannoncés, en 2005 – 944, en – 2006 1’470, en 2007 – 2’540 avec 15 morts. En 2012, ondénombra 91 morts et le diabète était la huitième cause de mortalité dans le pays,malgré que le régime alimentaire n’avait pas changé !Le smog électronique agissant sur les mitochondries, comme nous l’avons vu auchapitre précédent, empêche une bonne utilisation du sucre absorbé, à savoir lacombustion du sucre. Celui-ci, ne pouvant pas être converti en énergie mécanique eststocké sous forme de graisse par l’organisme.Les diagrammes des statistiques du nombre de morts par diabète en fonction dudegré d’électrification des états américains en 1931 et 1940 sont en outre également trèsexplicites, ne laissant aucun doute quant à l’implication des champs électromagnétiquessur l’apparition du diabète à grande échelle, innocentant la consommation de sucre, dansune certaine mesure.En 1997, on note aux USA, une augmentation des cas de diabète de 31%, sur uneannée. Elle correspond exactement à l’introduction massive des téléphones cellulairesdans ce pays.Cancer et le déficit de VieEn février 2011, la Court suprême d’Italie accusa le Cardinal Roberto Tucci, présidentsortant de Radio Vatican d’avoir créé par négligence, une nuisance publique en polluantl’environnement de radiofréquences. En effet, dans la période de 1997 à 2003, lesenfants demeurant dans un rayon de 12 kilomètres des antennes eurent des taux deleucémie, lymphomes ou myélomes huit fois supérieurs à ceux qui résidaient à une plusgrande distance. Il en alla de même pour les adultes, avec un taux sept fois supérieur.Otto Heinrich Warburg docteur et professeur allemand, prix Nobel de médecine en1931, démontra que le cancer est une régression des cellules privées d’oxygène, lespoussant à se multiplier anarchiquement comme dans un monde primitif où l’oxygènen’était pas présent tel qu’il l’est aujourd’hui. La privation d’oxygène initiale est elle due àun dysfonctionnement des mitochondries, dont on a vu ci-dessus qu’il peut être provoquépar les champs électromagnétiques ou d’autres polluants comme la fumée, les pesticides,les additifs alimentaires et la pollution de l’air. Le même principe de déficit d’oxygène auxcellules est valable pour le diabète et c’est pourquoi, on trouve un taux plus élevé decancers chez les diabétiques que dans le reste de la population.Au zoo de Philadelphie, dans la période de 1901 à 1955, on nota une élévation dutaux de tumeurs malignes chez les mammifères variant entre 2 fois plus et 22 fois plusentre les deux dates.10The Invisible Rainbow – Résumé informatifDes statistiques de morts par cancer montrent une bonne corrélation entrel’électrification des pays et le taux de cancers. Par exemple aux USA, sur le période de1841 à 1850, le taux était de 6,6 pour mille. Il fit plus que doubler pour la prochainepériode de 1851 à 1860, avec un taux de 14 pour mille. L’explication est fournie par ledéploiement massif du télégraphe en 1854.En 1914, parmi les 63’000 Amérindiens vivant dans des réserves sans électrification,on dénombra deux morts par cancer, alors que dans le reste du pays le taux de mortalitépar cancer était 25 fois plus élevé.Entre 1920 et 1921, la mortalité par cancer augmenta entre 3 et 10% dans les paysoccidentaux, suite à l’introduction des premières stations d’émission radio AM.Les chercheurs suédois Olle Johansson et Orjan Hallberg démontrèrent une nettecorrélation entre les taux de cancer du sein, de la prostate et des poumons, avecl’exposition de la population aux radiofréquences. Ils ont consigné une augmentationsignificative de ces taux en 1920, 1955, 1969 et une diminution (!) en 1978, ce quicorrespond à l’évolution du smog provoqué par les radiofréquence, respectivementl’introduction de la radio AM, celle de la radio FM et la TV1, arrivée de la TV2 en couleur,puis cessation des émission en radio AM. Ces même chercheurs ont également découvertune excellente corrélation linéaire entre le nombre d’émetteurs radio FM par unité desurface et l’incidence des mélanomes, les endroit exposés ayant 11 fois plus demélanomes que les zone blanches. De plus, ils ont mis en évidence que les mélanomesn’apparaissent que rarement sur les zones du corps les plus exposées au soleil, comme lefront, le nez, les épaules et les pieds, mais plutôt aux endroits du corps habituellementprotégés du soleil. Qui plus est, la prolifération des cancers de la peau arriva avant lamode des vacances balnéaires ou l’exposition solaire est intense. La démonstration estfaite que les mélanomes ne sont pas l’objet principal du soleil, mais celui desradiofréquences.Les diagrammes des statistiques de la mortalité par cancer en fonction du degréd’électrification des états américains en 1931 et 1940 sont en outre également trèsexplicites, tels qu’ils le sont pour le diabète et les maladies cardiovasculaires, ne laissantaucun doute quant à l’implication des champs électromagnétiques sur la prolifération descancers.Les données honnêtes concernant les tumeurs du cerveau sont rares car le lobby dela téléphonie mobile s’est infiltré depuis des décennies dans ce milieu pour mandater desétudes biaisée. L’une d’elle montrant même une diminution de l’incidence de tumeurscorrélée à l’usage intensif du téléphone cellulaire ! Toutefois, l’Université de Calgary miten évidence une augmentation de 30% d’incidence de tumeur malignes du cerveau sur lapériode de 2012 à 2013 et Lennart Hardell, professeur en oncologie à l’hôpitaluniversitaire de Orebro en Suède, démontra que 2’000 heures d’usage d’un cellulaireaugmente le risque de tumeur d’un facteur compris entre trois et huit, dépendant del’âge du sujet et de ses habitudes téléphoniques.En 2000, Neil Cherry analysa les taux de cancer des enfants de San-Francisco enfonction de la distance entre leur résidence et l’émetteur télévision et radio FM SutroTower. Les enfants vivant sur des collines ou sur des crêtes furent plus touchés. Ceux quivivaient à moins de un kilomètre de l’antenne eurent des occurrences 9 fois supérieuresde leucémies, 15 fois plus pour le lymphome, 31 fois pour le cancer du cerveau. Dansl’ensemble, un taux 18 fois supérieur à ceux qui vivaient en dehors de ce rayon de unkilomètre.11The Invisible Rainbow – Résumé informatifVie ralentieDans le Traité pratique de l’épuisement nerveux de George Miller Beard, électrothérapeute et amis de Thomas Edison, 1880, on peut lire une observation intrigante :Même si ces difficultés ne sont pas directement fatales, qu’elles n’apparaissent pasdirectement dans les tables de mortalité, au contraire, elles pourraient tendre àprolonger la vie et à protéger l’organisme des maladies inflammatoires, il n’en demeurepas moins que la souffrance est énorme. Ceux qui souffraient le plus semblaient plutôtjeunes pour leur âge. Plus loin, Beard note qu’une rare maladie semble plus volontiershabiter les sujets neurasthéniques que le reste de la population, il s’agit du diabète.Beard, avait déjà observé que l’extension de l’espérance de vie n’allait pas de paire avecla qualité de celle-ci. La mystérieuse corrélation entre les souffrances desneurasthéniques –dont les symptômes sont les même que ceux des personnes électrohypersensibles contemporaines–, et l’extension de leur vie montrait du doigt undysfonctionnement majeur.En outre, de longue date il a été observé qu’un mode de vie ascétique, doté d’unealimentation pauvre en calorie avait pour faculté de prolonger l’espérance de vie et lasanté. C’est par exemple le cas de la population d’Okinawa dont le nombre decentenaires est quarante fois supérieur à la population des préfectures plus riches,situées plus au nord.Des chercheurs dans le domaine du vieillissement ont souligné que le moteur denotre vie est le système de transport des électrons dans les mitochondries de noscellules. C’est là que se combinent l’air que nous respirons et ce que nous mangeons, àune cadence qui détermine notre taux de vieillissement, d’où notre espérance de vie. Siun ralentissement de la combustion réalisé au sein de nos cellules en modérant laquantité d’énergie acheminée peut être bénéfique, un autre mode de ralentissementpeut par contre lui être néfaste. C’est l’empoisonnement de la chaîne de transport desélectrons. Une des possibilités d’empoisonnement est l’exposition chronique aux champsélectromagnétiques artificiels. Cette pollution qui ne cesse de croître exerce des forcesextérieures sur les électrons de nos mitochondries, les ralentissant, privant nos cellulesd’oxygène et provoquant les symptômes de l’EHS.Vous dites que vous pouvez entendre l’électricité ?En 1962, une femme contacta l’université de Santa Barbara (CA, USA) pour qu’onl’aide à trouver la source du son mystérieux qu’elle entendait partout chez elle, dans unquartier pourtant calme. Cela l’empêchait de dormir et nuisait à sa santé. Des mesuresmontrèrent effectivement des champs électromagnétiques particulièrement fortsémanent de tous les conducteurs électriques, aussi bien du réseau que des radiateurs ouautres éléments métalliques, mais le stéthoscope restait quant à lui, silencieux.L’ingénieur se livra à une expérience, enregistrant sur bande les champs mesurés et lesdiffusa à la femme affectée par ces bruits. Elle confirma que c’est bien ce qu’elleentendait. Ainsi, cette femme entendait les champs électromagnétiques de sonenvironnement. Des installations de mise à la terre et des filtres électroniques furentinstallées afin de réduire les perturbations à un niveau acceptable.Mais auparavant, entre autres chercheurs, Volta avait déjà expérimenté la productionde sons variés en appliquant une tension au niveau des oreilles avec succès. Bien plus12The Invisible Rainbow – Résumé informatiftard, dans les années 1960 également, le biologiste Allan Frey publia des articles sur lacapacité de certains sujets à entendre les émissions d’une installation de radar.Le modèle mécanique de fonctionnement de l’oreille tel qu’il est enseigné dans lesécoles ne permet pas d’expliquer ces phénomènes observés. Constatant cela, lebiochimiste Lionel Naftalin développa un nouveau modèle de fonctionnement de l’oreillehumaine, prenant en compte le phénomène de piézo-électricité, bien connu et utilisé parles électroniciens, qu’il découvrit dans le gel recouvrant les cils de l’oreille interne. Dansce gel trouvé nul part ailleurs dans le corps humain et ayant des propriétés électriquestrès particulières, une tension de 100 à 120 millivolts était présente, ce qui est beaucoupdans le domaine de la bio-électronique. Ce gel piézo-électrique transforme les ondessonores en un signal électrique communiqué aux cils de l’oreille interne. Ce nouveaumodèle révisé du fonctionnement de l’oreille humaine permet alors d’expliquer que, nonseulement certains sujets dans certaines conditions arrivent à entendre un signalélectromagnétique, mais également que tant de citoyens contemporains souffrentd’acouphènes, ou encore que certains groupes de citoyens entendent le Hum, un peupartout autour de la planète à raison de 2 à 11% de la population.Aujourd’hui, environ 44% des adultes américains ont des acouphènes à diversniveaux d’intensité, alors qu’en Suède, le nombre de jeunes affectés était de 12% en1997 et de 42% en 2006 ! Ces bruits parasites sont en grande partie le résultat d’unenvironnement fortement pollué en champs électromagnétiques artificiels de toutesnatures.Abeilles, oiseaux, arbres et humainsAlfonso Balmori Marinez, biologiste espagnol, a corrélé la densité de population demoineaux aux valeurs d’irradiations en radiofréquences de leurs endroits de vie. Dans leslieux le plus irradiés, au-dessus de 3 V/m, les moineaux ne peuvent plus vivre, alorsqu’ils sont encore 42 sujets par hectare si le niveau est de 0.1 V/m. Il a égalementobservé une nette modification du comportement des cigognes qui se battent au sein ducouple plutôt que de construire le nid ou couver les œufs, si elle sont à proximité (200 m)d’une antenne-relais.Le Royaume-Uni a classifié le moineau domestique comme espèce en voie dedisparition après que sa population ait décliné de 75% entre 1994 et 2002, période quicoïncidence avec le déploiement de la téléphonie mobile.Les éleveurs de pigeons voyageurs de plusieurs continent constatent que jusqu’à 90%des volatiles lâchés ne retrouvent pas le chemin de retour au pigeonnier, alors quetraditionnellement, cette proportion était négligeable. En 2000, les éleveurs anglaistentèrent de modifier le trajet de la course afin d’éviter les antenne-relais pour laisserune meilleure chance aux pigeons. En 2004, ces mêmes éleveurs mandatèrent de plusamples études sur l’impact des micro-ondes sur les pigeons.En 2002, le US National Park Service diffusa une note aux biologistes étudiant lecomportement des animaux sauvages expliquant que les puces RFID de localisation parradiofréquences attachées à ces animaux peuvent radicalement modifier leurcomportement du fait des radiofréquences générées.Dans des milieux pollués par les champs électromagnétiques, les pinsons n’arriventpas à s’orienter pour la migration, alors que s’ils sont dans une cage de Faraday, ils yparviennent.Une expérience sur les têtards de crapaud élevés dans deux bassins distincts, à 14013The Invisible Rainbow – Résumé informatifmètres d’une antenne-relais, l’un sans blindage électromagnétique et l’autre avec,montra un taux de mortalité de, respectivement 90% et 4% !On trouve le même genre d’effets délétères chez les insectes, lorsqu’ils sont soumisau smog électronique que nous rencontrons au quotidien, et le Dr Panagopoulous ayantexpérimenté sur les drosophiles, nous informe que les expositions aux micro-ondes à desniveaux communs, ne serait-ce que quelques minutes par jour durant quelques jours,sont le pire agent stressant dont nous ayons connaissance dans nos vies courantes. Pireque les produits chimiques ou les champs électromagnétiques basse fréquences.Les abeilles sont également impactées comme nous l’avons vu au début de ce résumétraitant de l’île de Wight. Le Dr Daniel Favre (Suisse) a démontré qu’en présence demicro-ondes, les abeilles émettent le son typique entendu lors de l’essaimage, ce quiporte à croire que les insectes veulent fuir la source d’émission. Communément, onincrimine le varroa dans le syndrome d’effondrement des colonies, mais on oublie quecette mite a cohabité durant longtemps avec les abeilles. De plus, on observe que mêmeune colonie morte n’est aujourd’hui pas prise d’assaut par les parasite, alors que c’était lecas « avant ». On incrimine également les pesticides, mais comme on l’a vu plus haut,les abeilles de l’île de Wight avaient bien disparu à 90% sans que l’endroit n’ait été traitéaux pesticides. La véritable cause de l’effondrement des colonies, ces sont les champsélectromagnétiques humains, spécialement la téléphonie mobile.Dans les années 1980, un nouveau sujet d’actualité vit le jour : la mort des forêts. Leblâme fut jeté sur les pluies acides, mais les régions les plus reculées, baignées que dansde l’air pur furent touchées également. Des recherches en Allemagne et en Suisse furententreprises. Effectivement, le sol des forêts touchées était acide, mais on détermina parobservation et par expérimentation que cette acidité peut également provenir d’uneélectrolyse lente du sol via les arbres exposés à des ondes radar, par exemple. D’ailleurs,les arbres des crêtes étaient plus touchés car plus exposés par les nouveaux radarsinstallés dans les années 1970.Une autre observation fut faite lors de la chute du mur de Berlin. Les gigantesquesradars russes à Skruda qui irradiaient fortement toute la région dans leur tâche desurveillance de l’ouest, avaient provoqué des dégâts non seulement à la forêt, mais auxanimaux et aux hommes également. Après de multiples études, on trouva notammentque les cercles de croissance des arbres durant les années de fonctionnement des radarsétaient nettement moins large qu’avant ou après celles-ci.A Schwarzenbourg, en Suisse, une antenne de radio à ondes courtes fut installée en1939, puis la puissance d’émission fut augmentée à 450 kW en 1954. S’en suivit unedégradation de la santé des habitants qui se plaignaient des symptômes propres à l’EHS.Les enfants de ce village avaient des difficultés à l’école et semblaient ne pas pouvoiraccéder à une formation supérieure contrairement aux enfants des villages voisins moinsexposés. Enfin, en 1992 une étude fut menée, confirmant que les paramètres desanalyses physiologiques des Hommes et des animaux du lieu étaient anormales, cecidans un rayon de 900 mètres autour de l’antenne. Il fut également constaté que lesanneaux de croissance des arbres étaient compressés, mais seulement du côté d’oùvenaient les radiations. Le 28 mars 1998, l’émetteur fut arrêté et une étude « avantaprès » fut réalisée, démontrant que le taux de mélatonine des 58 sujets testés remonta.Un villageois de 50 ans put enfin dormir une nuit complète sans interruption, pour lapremière fois de sa vie. Le 29 mai 1996, Philippe Roch, directeur de l’Office del’environnement déclara « qu’une corrélation entre les troubles du sommeil et lesopérations de transmissions était prouvée ».14The Invisible Rainbow – Résumé informatifAu pays des aveuglesCombien faudra-t-il encore attendre avant de pouvoir dire « ton cellulaire me tue ! »plutôt que « Je suis électro-hypersensible ». Et pourtant le nombre de gens souffrant decéphalées à cause de l’usage de leurs cellulaires est énorme. En 2010, deux tiers desétudiants à l’université ukrainienne interrogés admirent le fait. La question étant qu’iln’est pas socialement acceptable de l’admettre ouvertement. Madame Gro HarlemBrundtland était EHS, alors qu’elle prenait la tête de l’Organisation mondiale de la santé.Elle ne s’en cachait pas, mais un an plus tard, elle a dû laisser sa place. Les autrespersonnages publiques de haut rang ne répéteront pas son expérience.Seule une minorité des personnes souffrant de la pollution électromagnétique saventde quoi elles souffrent, alors qu’une large majorité l’ignore. La population entière estélectrocutée à distance et l’on doit presque s’excuser d’être électro-sensible ou plusexactement électro-hypersensible, comme si on devait s’excuser d’être « cyanurehypersensible », car la vérité est que l’électricité telle qu’utilisée actuellement esttoxique. D’ailleurs, les graphes statistiques montrent clairement une augmentation de lamortalité des citoyens de neuf villes américaines, peu après la mise en service despremières antenne-relais. Cette surmortalité va de 25 à plus 80%.Une enquête demandant aux New-Yorkais de s’annoncer si un certain nombre desymptômes relatifs à l’EHS étaient apparus chez eux à partir du 15 novembre 1996, parle biais d’un journal quotidien, récolta des centaines de témoignages, toutes classesraciales ou sociales confondues. La date en question était celle de la mise en service dupremier réseau de téléphonie mobile cellulaire.L’organisation Cellular Phone Task Force qu’Arthur Firstenberg a démarrée en 1996,croule sous les demandes d’aides de personnes blessées par les radiofréquence microondes. Il semble qu’il n’y ait bientôt plus nulle-part où aller tant les émetteurs de toutesnatures ont proliféré, tant WiFi, que WiMAX, stations radar ou encore les irradiationsvenant du ciel, comme les satellites de télécommunication.Pr Olle Johansson, du célèbre institut Karolinska décernant les prix Nobel demédecine, s’occupa dès 1977 de démontrer les effets du smog électronique sur le Vivant.Le succès de ses études le marginalisa dans son institut, les budgets pour ses recherchesdisparurent, il reçut des menaces de mort et à une occasion, il échappa de peu à unetentative de meurtre par sabotage de sa moto. Malgré tout, il continue d’informer lemonde sur la vérité pour défendre, entre autre, les EHS dont la vie est un enfer surTerre. Il est dégoûté de la façon dont les autorités de pays soit-disant « démocratiques »laissent tomber les victimes des radiofréquences.Dr Erica Mallery-Blythe a la double nationalité anglaise et américaine, termina sesétudes en 1998. En 2007, suivant son mari pilote de F-16 aux USA, elle devintsévèrement atteinte par l’EHS, à son insu. Ses recherches sur internet lui permirent enfinde comprendre ce qui lui arrivait. Elle se demanda en tant que médecin, comment uneatteinte aussi profonde et invalidante pouvait exister sans qu’elle n’en ait jamais entenduparler dans sa profession. Par acquit de conscience, elle décida de se soumettre à unIRM, afin d’éliminer tous risques de cancer du cerveau. Elle crut que sa fin étaitimminente alors que les pulsations hautes fréquence furent enclenchées. Elle retrouvatoute sa santé et sa vitalité à la Death Valley épargnée des radiofréquence. Désormais,elle se consacre à informer et aider les au moins 5% de personnes EHS, totalementlaissées pour compte par les autorités.15The Invisible Rainbow – Résumé informatifYury Grigoriev, considéré comme le grand-père de la recherche sur le CEM en Russie,est très inquiet pour les jeunes en particulier, tout en mentionnant que c’est la premièrefois dans l’histoire de l’humanité que l’on expose ouvertement son cerveau aux microondes, ce qui est grave aux yeux d’un radiobiologiste. Il cite notamment une étudecoréenne démontrant que le trouble du déficit de l’attention (ADHD) chez les enfants vade pair avec l’usage du cellulaire connecté.Leif Salford, un neurochirurgien suédois, et son équipe, prouva dans la fin des années1990 que le cellulaire rend perméable la barrière hémato-encéphalique, provoquant lamaladie d’Alzheimer. En 2003 ils démontrèrent qu’une exposition unique de seulementdeux heures laisse des dommages permanents au cerveau.En 2015, des scientifiques turcs irradièrent des rats, une heure par jour pendant unmois, au moyen d’ondes typiques de téléphone cellulaire. Les rats irradiés avaient 10%de moins de cellules cérébrales que ceux qui avaient été épargnés. La même équipeexpérimenta sur des rattes portantes, pendant 9 jours au même taux de radiations. Leurdescendance montrait des dégénérescences de leur cerveau, moelle épinière, cœur,reins, foie, rate, thymus et testicules. La même expérience répétée sur des jeunes ratsprovoqua une atrophie de la moelle épinière avec diminution de la myéline, similaire à ceque l’on observe dans la sclérose en plaque.En septembre 1998, les 66 premiers satellites de la téléphonie spatiale furent mis enservice, causant un accroissement de la mortalité nationale américaine de près de 5%,durant les deux semaines suivantes. Durant la même période, on observa que les oiseauxne volaient plus et les personnes EHS étaient spécialement malades. Aujourd’hui, noussommes survolés par environ 1’100 satellites artificiels, mais plusieurs entreprisesprojettent de lancer jusqu’à 4’600 nouveaux satellites de communication chacune d’ici2020, pour couvrir toute la planète en accès internet rapide. Il s’agit de Google,Facebook, SpaceX, OneWeb et Samsung. En 1968, même la première flottille de 28satellites militaires provoqua une pandémie de grippe mondiale. Contrairement auxantenne-relais dont les radiations sont très atténuées en arrivant dans la magnétosphère,les satellites agissent directement sur celle-ci, selon des mécanismes encore malcompris, compromettant la Vie sur Terre. Nous oublions les avertissements de Ross Adey,le grand-père de la bio-électromagnétique et du physicien atmosphérique Neil Cherry quenous sommes électriquement réglés pour le monde nous entourant et que le niveaud’exposition en radiofréquences sûr est zéro. Le besoin urgent d’agir contre cetteinitiative potentiellement catastrophique peut être réalisé en s’approchant de l’associationGlobal Union Against Radiation Deployment from Space (GUARDS).En 2014, le médecin Tesuharu Shinjyo publia une étude « avant-après ». Il évalua lasanté de 122 habitants d’un immeuble sur lequel étaient installées des antenne-relais. 21souffraient de fatigue chronique, 14 de vertiges ou maladie de Ménière, 14 de céphalées,17 de douleurs ou infections oculaires, 14 d’insomnies, 10 de saignements de nezchroniques. Cinq mois après que les antennes aient été éliminés, il ne subsista que 2 casd’insomnies, 1 cas de vertiges, 1 cas de céphalées !L’urgence en matière de droits humains qui touche des centaines de millions decitoyens à l’échelle planétaire et l’urgence environnementale menaçant d’extinction de sinombreuses espèces végétales et animales doit être affrontée avec clairvoyance.16

Catégories
Communiqués

Actualité Antenne Mobile Orange Locronan

La bonne nouvelle  c’est que La Marche pour la vie à Locronan le  27 juin 2020 a été répertoriée au Guiness des Records des mobilisations contre la 5G : avec 300 personnes selon les organisateurs (212,3 selon la police), dont une cinquantaine de locronanais sur les 800 que compte notre vieille bourgade (chiffre contesté par Mr Le Maire) , c’est une première mondiale !

(Si jamais vous trouvez une manif sur la 5G qui a ramené plus de monde, vous avez un autocollant gratos)

bon autre chose, les recours sont en cours, et on va surement tenter un référé car les travaux risquent de commencer d’ici la fin du mois, fin Août l’antenne sera montée si tout va bien !!! juste pendant les vacances, après le confinement, ils vont être tranquilles pour bien travailler, personne dans les parages pour les embêter !!!

MAIS NON !!! CA VA PAS SE PASSER COMME CA !! Petit programme des réjouissances pour l’été : PLACES LIMITEES !!! RESERVEZ MAINTENANT !!!

– jeudi 9 juillet à TI LOKORN : Conférence avec Xavier Capet, du CNRS, sur les enjeux sanitaires et énergétiques du déploiement de la 5G – fin d’après-midi et soirée (les horaires restent à fixer).

– à partir du 16 juillet : chouette, on va pouvoir reprendre les permanences, car apparament d’après nos indics qui bossent chez Orange (merci de leur courage), c’est ALERTE AGENT ORANGE ROUGE pour Locronan , y’a le feu au lac.

On espère donc parler de tout ça et des stratégies en cours le 9 juillet, réservez votre fin d’aprem et soirée, la réunion du collectif aura lieu après les interventions et débats de Xavier Capet, si ça vous convient bien sur. 

Tiens si jamais quelques amateurs peuvent nous en dire plus sur ces sources concernant la santé , on est preneurs : « Independent Science on the Effect of Wireless Radiation on Human Health »

Copyright © 2020 Collectif Antenne Locronan, All rights reserved.

Our mailing address is:
Collectif Antenne Locronan
Ty Nevez Leustec
LOCRONAN 29180
France

Catégories
actions Environnement 5G Santé

AGIR contre la 5G

Bonjour,

Nous vous proposons une nouvelle action citoyenne afin de mettre toutes les chances de notre côté pour lutter face à l’entreprise de téléphonie Orange.

QUOI?

Dans certains combats similaires en France ces dernière années, Les citoyens ont réalisés une numération de la formule sanguine qui est un examen donnant des informations sur les éléments contenus dans le sang tels que les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes.

Des études scientifiques mettent en lumière des variations conséquentes des globules bancs et/ou rouges, une augmentation des lymphocytes, un taux d’hémoglobine inférieure à la norme, etc, chez les personnes riveraines d’antenne relais.

Peut-être nous demain ! Alors mobilisons nous!

La procédure est simple,

QUOI ?

Une prise de sang !

COMMENT ET OU ?

Demandez une ordonnance à votre médecin traitant (numération de la formule sanguine ).

Faites ensuite effectuer le prélèvement sanguin au laboratoire, dans un cabinet infirmier ou lors de la permanence* .

Les frais (prise de sang + analyse) vous sont alors remboursés.

Il est possible d’effectuer le prélèvement sanguin sans ordonnance. Les frais sont alors de 12€69 pour l’analyse.

*Une permanence aura lieu sur le site d’implantation de l’antenne, à Ty Nevez Leustec, ce mercredi 27 mai, de 9h30 à 12h30. Une infirmière membre du collectif effectuera les prélèvements et se chargera de l’acheminement au laboratoire. (La permanence pourra être renouvelée selon les besoins).

ET APRÈS?

Les résultats seront par la suite envoyés à l’entreprise Orange afin de leur faire un état des lieux de nos résultats avant la possible installation d’une antenne relais sous nos fenêtres.

Nous les informerons par la même occasion que le protocole sera renouvellé après l’installation de la future antenne si le projet va au bout afin de comparer les résultats.

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de poids.

Cette action nous a été conseillée par des collectifs similaires en France ainsi que par l’association Robin des Toits.

Merci et à bientôt,

Catherine, infirmière, pour le Collectif antenne protection Lokorn

ET N’OUBLIEZ PAS
INFORMER C’EST AGIR
collectiflokorn.org

Catégories
Protection contre les ondes electro magnétiques

Liens utiles pour savoir comment se proteger des ondes electro magnétiques

Liste non exhaustive…

https://www.geotellurique.fr/

https://www.alternativesante.fr/ondes-electromagnetiques/comment-se-proteger-des-ondes-electromagnetiques

http://www.ehs-mcs.org/fr/protection-electrohypersensible_14.html

https://www.choix-de-vie.com/214-meilleures-protections-5g

Catégories
Environnement 5G Santé Revue de presse

5G et environnement – Dr. Paul Heroux: la 5G et l’environnement – Canada

Avant on vous irradiait occasionnellement pour des soins, maintenant, on va vous viser tout le temps !
Les ondes electro magnétiques rendent l’ADN moins stables !