Catégories
Revue de presse

Ouest France – Antenne relais : inquiétude des riverains

Alors que le projet d’antenne relais semblait suspendu, des riverains ont constaté des mouvements sur le site et se posent des questions.

Depuis que la mairie de Locronan avait été déboutée de sa demande pour revenir sur sa décision d’autorisation de l’antenne 5 G, le projet semblait tombé dans les oubliettes. Les trois candidats aux municipales, d’un commun accord, avaient déploré les articles de la loi ELAN empêchant un élu de changer d’avis mais n’avaient pas clairement fait d’autres propositions.

Des échanges houleux

Il semblerait pourtant que, ces derniers temps, les choses s’accélèrent. Plusieurs riverains ont découvert mercredi des véhicules d’Orange et d’une société de manutention à proximité du site, au lieu-dit Ti Nevez Leustec. Une dizaine de personnes y faisait des repérages s’apparentant à une réunion de chantier. Les échanges entre les habitants de la zone, fervents opposants à l’antenne, et les constructeurs ont été quelque peu houleux.

Aujourd’hui, les membres de l’association Bien vivre à Locronan qui s’est créée contre le projet, ne décolèrent pas. « On ne s’attendait pas à ce que les travaux puissent commencer en période de confinement », se révolte l’un d’entre eux. « Alors que la crise actuelle nous démontre encore une fois qu’il est temps de réfléchir aux bouleversements que notre mode de vie entraîne sur la planète, on s’aperçoit que certains ne cherchent encore que le profit sans s’inquiéter des conséquences sur la santé ou l’environnement. »

Vigilance accrue

Les habitants sont d’autant plus inquiets que ce genre d’antenne se monte rapidement et qu’ils craignent d’être pris de court dans leurs actions par l’obligation actuelle de rester chez soi. « Nous allons être d’autant plus vigilants et continuer à faire notre promenade réglementaire dans cette zone », assurent-ils.

Interrogé à ce sujet, le maire, Antoine Gabriele, assure que les travaux ne peuvent débuter sans les autorisations de voirie qui ne sont pas encore signées. « Je suis actuellement en discussion avec la préfecture pour étudier d’autres éventualités et notamment la possibilité d’un changement de lieu. »

Source : Ouest France, 26 avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *